Chat with us, powered by LiveChat

Livres comme l’air

Samedi 29 février, 18 h, scène Jacques-Poirier
Animation : Jean Boisjoli (invité d’honneur représentant l’Ontario français)

Avec Livres comme l’air, cinq écrivain.e.s présent.e.s au Salon du livre de l’Outaouais ont l’occasion de témoigner de leur solidarité en se jumelant avec des écrivain.e.s persécuté.e.s à travers le monde. À ce jour, 107 des 163 écrivain.e.s soutenu.e.s par Livres comme l’air ont été libéré.e.s. Deux écrivain.e.s jumelé.e.s ont été libéré.e.s en 2019 : Zehra Doğan (Turquie), jumelée à  Guy Bélizaire et Oleg Sentsov (Ukraine), jumelé à Éric Mathieu.

Livres comme l’air est une activité en partenariat avec Amnistie internationale, le Centre québécois du P.E.N international et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ). L’édition du SLO 2020 est présentée en partenariat avec l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais (AAAO) et l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF).

Jumelage des écrivain.e.s 

  •  Nedim Türfent (Turquie) et Catherine Voyer-Léger

Nedim Türfent est un poète et journaliste turc d’origine Kurde est condamné en 2017 à plus de huit ans de prison pour «terrorisme» après avoir couvert des affrontements entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan. Aujourd’hui, Il est détenu dans des conditions difficiles et privé de télévision, radio, livres et journaux.

Catherine Voyer-Léger collabore étroitement avec plusieurs organismes du milieu artistique et littéraire au Québec et ailleurs dans la francophonie canadienne. Écrivaine, elle a publié cinq livres dont Métier critique (Septentrion), un essai sur l’état de la critique culturelle, Prendre corps, un recueil de microrécits (La Peuplade) et un premier album pour enfants, La chorale des animaux (Guy Saint-Jean). Prendre corps s’est mérité le Prix littéraire Jacques-Poirier – Outaouais 2019.

  • Trân Huynh Duy Thuc (Vietnam) et Serge Cham

Homme d’affaires prospère et partisan des réformes sociales et économiques, Trần Huỳnh Duy Thức a été condamné le 20 janvier 2010 à 16 ans de prison suivis de 5 ans d’assignation à résidence pour avoir rédigé des billets de blog sur la situation politique et économique du Viêt-Nam. Au cours de son procès, il a déclaré avoir été torturé pendant sa détention pour l’obliger à «avouer».

Serge Cham est originaire d’Haïti et vit au Québec depuis 1970. Il est détenteur d’un baccalauréat en adaptation scolaire et d’un baccalauréat spécialisé en philosophie. Il détient une maîtrise en psychopédagogie de l’Université d’Ottawa. Soucieux d’améliorer sa relation avec les élèves de sa classe, il a suivi des cours en communication et est diplômé en PNL (programmation neuro linguistique). C’est à la suite de sa formation de praticien en PNL qu’il a écrit La petite louve blessée. Il a su trouver les mots justes pour aider une de ses élèves âgée de dix ans à exprimer le «non-sens de ses blessures internes».

  • Roberto Saviano (Italie) et Jean Marie Vianney Rurangwa

En 2006, à la suite du succès de son roman Gomorra, très accusateur à l’égard des activités de la Camorra, Roberto Saviano est victime de menaces de mort, confirmées par des déclarations de camorristes collaborant avec la justice, et des informations révélant le projet du clan Casalesi de l’éliminer. Roberto Saviano vit sous protection policière depuis le 13 octobre 2006.

Écrivain, poète et dramaturge d’expression française, Jean-Marie Vianney  Rurangwa est né au Rwanda le 1er février 1959. Suite à la guerre à caractère  politico-ethnique qui survint dans son pays la même année, il se réfugie à l’âge de  deux ans avec ses parents au Burundi où il grandira dans un camp de réfugié.e.s et où il fera ses études primaires, secondaires et universitaires. Ses deux pièces Les enfants du soleil et La voix du vautour censurées par le ministre burundais hutu de la Culture sous l’instigation de l’Ambassade du Rwanda à Bujumbura, Jean-Marie Vianney Rurangwa est sommé de faire un choix : se taire ou quitter le pays. Il choisit de s’exiler pour la deuxième fois en Italie où il fera des études de sociologie. Il vit actuellement à Ottawa où il enseigne le français aux fonctionnaires fédéraux anglophones au Centre de Langues Internationales Charpentier.

  • Ilham Tohti (Chine) et Jean Fahmy

Le professeur d’économie chinois d’origine ouïgoure Ilham Tohti a cofondé en 2006 le site Uighurbiz.net, fermé depuis par les autorités chinoises, afin de favoriser les échanges entre les Ouïghours et les Hans. Arrêté en janvier 2014, il a été reconnu coupable de « séparatisme » et condamné à l’emprisonnement à vie. L’intellectuel n’a jamais fait l’apologie de la violence ou pris position en faveur du séparatisme.

Auteur de plusieurs romans et de nombreux essais, nouvelles et articles, Jean Fahmy vit à Ottawa. Ancien président de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF), il a fondé la Table de concertation du livre franco-ontarien et est fortement impliqué dans la communauté littéraire. Ses romans ont eu la faveur du public et de la critique et lui ont valu de nombreux prix, dont le Prix Trillium, le Prix littéraire LeDroit, le Prix France-Acadie, le Prix du Salon du livre de Toronto et le Prix du livre d’Ottawa.

  • Nouf Abdulaziz Al Jewan (Arabie saoudite) et Margaret Michèle Cook

Nouf Abdulaziz Al Jewan, blogueuse et militante pour les droits des femmes saoudiennes a été arrêtée en juin 2018 pour avoir revendiqué une réforme constitutionnelle dans son pays. Dans son blogue, maintenant inaccessible, elle écrivait sur les atteintes aux droits humains. Elle est actuellement détenue sans avoir été inculpée de quoi que ce soit.

Margaret Michèle Cook est l’auteure de huit livres de poésie. Les cinq premiers  sont publiés aux Éditions du Nordir. Les Éditions l’Interligne ont fait paraître ses trois prochains recueils, dont Chronos à sa table de travail qui a remporté le Prix du livre d’Ottawa en 2009. Son dernier recueil Lanterna magica – la lanterne magique est paru en 2015. Son écriture s’intéresse aux paysages extérieurs et intérieurs, aux rêves, et au pouvoir ludique des mots. Margaret Michèle Cook habite Ottawa depuis une trentaine d’années et passe ses étés, depuis toujours, à Val-des-Monts dans les bois au bord d’un lac. Elle est Poète lauréate de la Ville d’Ottawa pour 2019-2021.

Pétitions disponibles au SLO le samedi 29 février et le dimanche 1er mars.