Chat with us, powered by LiveChat

Cabaret des variétés littéraires de la rentrée 2020

Un Cabaret de la rentrée en version nomade !

 

Le Salon du livre de l’Outaouais et Transistor média offrent cette année un Cabaret des variétés littéraires de la rentrée en mode nomade, pour respecter les règles de distanciation sociale tout en offrant de belles surprises.

Le Cabaret va à la rencontre du public sur le territoire de Gatineau, en faisant une incursion à Ottawa. Cinq arrêts sous forme de happening avec le Transistruck, le studio mobile de Transistor, devant lequel le public est invité à s’assoir sur sa chaise de jardin ou sur une couverture pour écouter un entretien et des lectures d’un auteur ou d’une autrice venu.e jusqu’à son quartier pour le rencontrer. Guy Bélizaire, Fanny Britt, Benoît LeMauve,  Sophie Bélair Clément et Annie-Claude Thériault sont nos invité.e.s.

Les librairies associées seront présentes pour vous vendre les livres des auteur.trice.s que vous pourrez ensuite faire dédicacer sur place.

Cette activité se déroule dans le cadre des Journées de la culture. Le Cabaret du 27 septembre, à Place du Portage, est en partenariat avec la Ville de Gatineau et le Sentier culturel. Le Cabaret du 25 septembre est présenté en partenariat avec l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français.

La thématique : la place de l’amitié 

À l’adolescence les best sellers qui font la belle part à l’amitié pullulent, Harry Potter, Quatre filles et un jeans…. Pourtant, il semblerait que celle-ci occupe une place moins centrale dans les récits adultes? Comment expliquer cet écart? Est-il réel ou s’agit-il simplement d’une idée reçue? Camaraderie et affection, l’amitié comme refuge ou l’amitié comme boulet, ses représentations sont diverses et riches dans les textes des auteurs.trice.s qui participent à cette première édition mobile du Cabaret des variétés littéraires.

Lieux et dates : 25 au 27 septembre 2020

  • Librairie du Soleil à Ottawa – vendredi 25 septembre, 17 h avec Guy Bélizaire
  • Marché public du Plateau  – samedi 26 septembre, 12 h avec Fanny Britt
  • Librairie Rose-Marie à Buckingham – 26 septembre, 16 h avec Benoît LeMauve
  • Librairie Bouquinart à Aylmer – 27 septembre, 12 h avec Sophie Bélair Clément
  • Sentier culturel – Place du Portage à Hull – 27 septembre, 18 h avec Annie-Claude Thériault

Les auteurs et autrices du Cabaret des variétés littéraires de la rentrée 2020

Né à Cap-Haïtien, Guy Bélizaire vit au Québec depuis une quarantaine d’années. Ancien cadre supérieur à la fonction publique fédérale, il réside dans la région de l’Outaouais.

Il a publié le recueil de nouvelles À l’ombre des érables et des palmiers (L’Interligne, 2018) et Rue des rêves brisés (L’Interligne, 2019).

 

Fanny Britt est écrivaine, dramaturge, scénariste et traductrice. Elle compte une quinzaine de pièces de théâtre à son actif, dont Bienveillance, lauréate du prix du Gouverneur général du Canada en 2013, Hurlevents (2018) et Lysis (2020), écrite avec Alexia Bürger. Ses deux romans graphiques illustrés par Isabelle Arsenault, Jane, le renard et moi et Louis parmi les spectres, ont été traduits en une dizaine de langues et ont valu à leurs autrices de nombreuses distinctions. Elle a publié deux essais féministes, Les tranchées (2013) et Les retranchées (2019), chez Atelier 10. Les maisons, son premier roman, a été finaliste pour le prix France-Québec et le Prix littéraire des collégiens, et a figuré sur la liste préliminaire du Prix des libraires en 2016. 

Benoît Legros (Benoît LeMauve) vit à Sainte-Cécile-de-Masham en Outaouais où il a grandi en se battant dans la cour d’école et en ne comprenant pas trop ce qu’on attendait de lui.

Cofondateur du Collectif Joual de Bataille, il aime une fille, ses fils, l’eau, se faire applaudir et le monde qu’il connait depuis au moins dix ans. Les fascistes l’ennuient. Il cherche le pays dans les craques, les swomps et les veillées de chansons à répondre.

Née en 1978 à Ottawa, Sophie Bélair Clément est artiste. Elle est l’autrice de Pièce écrite qui tente de s’accorder au travail performatif qui tente de s’accorder au voisin qui n’a pas besoin d’être un voisin (un objet ça fait aussi, c’est même préférable) (Éditions les petits carnets, 2008) et a codirigé I’d rather something ambiguous. Mais précis à la fois, avec Marie Claire Forté (Leonard-et-Bina Ellen, 2017). Elle enseigne à l’École multidisciplinaire de l’image de l’Université du Québec en Outaouais. Au Quartanier, elle a publié en 2020 Tandis que la fleur d’une hydrangée posée sur le sous-main en cuir résiste à la décoloration.

De parents acadiens, Annie-Claude Thériault est née en Outaouais et habite maintenant Montréal. Elle s’intéresse particulièrement à l’univers à la fois lié et délié des individus dont le destin est marqué par leur filiation, leur famille, mais aussi terriblement isolés. En 2012 elle publie son premier roman Quelque chose comme une odeur de printemps (Prix des lecteurs Radio-Canada 2013), en 2016 Les filles de l’Allemand (Prix Antonine-Maillet Acadie-Vie 2017) et Les Foley (Prix littéraire Jacques-Poirier-Outaouais 2020), un roman par nouvelles, est paru aux éditions Marchand de feuilles. Elle écrit également des nouvelles et a notamment remporté le Prix de la nouvelle Radio-Canada avec «l’Abattoir» en 2015. Elle enseigne la philosophie au Collège Montmorency à Laval.