L’heure du thé

Autour d’une tasse de thé fumante servie par la Maison Cha Yi, laissez-vous emporter par les voix de Guy Jean et de Catherine Coughlan. Le premier porte en lui une longue histoire de production poétique personnelle tandis que la seconde en est à ses premières armes et se distingue déjà par sa participation au collectif Joual de Bataille. La cohabitation de leur poésie est l’occasion pour lui et elle de livrer une réflexion sur leurs pratiques respectives et sur le renouveau du paysage poétique de la région. Entre poésie et conversation, l’échange animé par Éric Charlebois propose d’explorer l’avenir d’un art en Outaouais dans une perspective intergénérationnelle.

Participer à l’heure du thé

Quand? samedi 2 avril, 13h30

Où? La Filature, 82, rue Hanson, secteur de Hull

Tarif 5$* inclut le service de thé

*compris dans l’abonnement annuel pour les abonné.e.s de la Maison des arts littéraires

Guy Jean

Guy Jean a publié dix recueils de poésie, en plus de quelques traductions littéraires. Ses textes sont aussi publiés dans des anthologies, revues et collectifs au Québec, au Canada, en France et en Belgique. Ils ont été traduits et publiés aux États-Unis chez Argos Books et Marick Press, ainsi que dans plusieurs revues. Pour reconnaître « sa contribution exceptionnelle au développement de la poésie et de la littérature en Outaouais », Guy Jean a reçu en 2016 le prix Hommage de la Ville de Gatineau et, en 2018, il a été intronisé au Temple de la renommée de VERSeFest Ottawa, pour sa contribution « à l’enrichissement de la communauté des poètes de la région de la Capitale Nationale ». Guy Jean est domicilié à Gatineau, Québec; il est le conjoint de Violette Lise Duguay, le père de Frédéric et le grand-père de Sabrina.

Catherine Coughlan

Catherine Coughlan est née à Gatineau en 1988. Elle détient une maîtrise en Lettres Françaises de l’Université d’Ottawa. Patenteuse de poésie, elle partage son temps entre l’écriture et les promenades en forêt. Membre du collectif artistique Joual de Bataille et cofondatrice des soirées poésie de la microbrasserie À la Dérive, elle fait aussi de la performance. Parallèlement à sa pratique d’écriture, on peut l’entendre parler de poésie comme forme de résistance dans le balado poétique Une histoire tirée par les chevaux. Elle entretient une douce passion pour la vulnérabilité, la boréalie et les oiseaux migrateurs.

Éric Charlebois

Éric Charlebois a déjà écrit 11 recueils de poésie. Il travaille à plusieurs projets transdisciplinaires. En 2012, il a été invité, dans le cadre des États généraux de l’Alliance culturelle de l’Ontario, à produire de façon spontanée un texte poétique diffusé et publié selon le mode de la création hybride avec le peintre Benjamin Rodger. Dans le cadre de ses études de maîtrise en traduction, il s’intéresse au carrefour entre le sujet traduisant et le sujet créateur.