Découvrez plus de publications des Éditions du Boréal

Voici les autrices et auteurs que nous vous proposons de découvrir à l’occasion du Salon du livre de l’Outaouais 2021

Muriel Wylie Blanchet

Les étés de l'ourse

« Capi » Blanchet est née à Montréal, en 1891. En 1926, après la mort de son mari, elle s’embarque avec ses cinq jeunes enfants à bord du voilier familial, Le Caprice, pour explorer la côte de la Colombie-Britannique. Ils vont répéter ce périple au cours des quinze prochaines années, s’enfonçant dans des fjords bordés de falaises vertigineuses, mouillant dans des criques qui ne figurent sur aucune carte, visitant les hivernements abandonnés des Indiens. Ils créeront ainsi leur propre « petit royaume » qu’ils exploreront inlassablement.

Melissa Bull

Éclipse électrique

Traduction de Benoît Laflamme.
Souvent brèves, les vingt-trois nouvelles d’Éclipse électrique arpentent les quartiers de Montréal pour saisir la précarité de nos relations avec la fulgurance d’un instantané. Ici, les tensions se vivent au détour des ruelles, à l’étage des duplex ou au milieu des parcs. Elles s’expriment en anglais et en français, ces langues qui cohabitent, s’entrechoquent, se mêlent sans trouver de point d’équilibre. Elles révèlent le désarroi d’hommes et, surtout, de femmes trop souvent assujettis aux regards et aux envies des autres.

Michael Delisle

Rien dans le ciel

Dans chacune des nouvelles de ce recueil, il y a un personnage qui prend conscience que sa vie est finie, comme on le dit d’un ensemble fini. Que faire du temps qui reste, alors? Que faire de soi? Des objets qu’on a accumulés et qui seraient la seule trace de notre passage sur terre? À qui se donner? La prose si personnelle de Michael Delisle fait encore une fois merveille.

 

 

François Landry

Le bois dont je me chauffe

Écrit d’une plume à la fois rageuse et élégante, Le Bois dont je me chauffe est un exercice d’indignation qui vient à point pour nous rappeler que vivre dans un rapport harmonieux avec la nature, c’est d’abord vivre dans le respect de nos semblables.

Normand Mousseau

Pandémie : quand la raison tombe malade

La COVID-19  génère une très lourde facture, économique et humaine, qui retombe surtout sur les épaules des jeunes, des femmes et des plus démunis. Il y a moyen de faire autrement sans sombrer dans l’insouciance ou les théories du complot. Nous pouvons nous donner les outils nécessaires pour mieux traverser cette crise et celles que l’avenir ne manquera pas de nous apporter. Nous y arriverons à condition de ne pas nous laisser aveugler par la peur, et en choisissant collectivement une réponse rationnelle, humaine et généreuse pour tous nos concitoyens. Normand Mousseau propose une réflexion critique sur les enjeux profonds que cette crise sanitaire a révélés dans notre manière de faire face à l’imprévu.

 

Markoosie Patsauq

Chasseur au harpon

Paru il y a cinquante ans, Chasseur au harpon est considéré comme le premier roman en inuktitut jamais publié. Dans ce livre qui a grandement contribué à l’essor de la littérature autochtone au Canada, Markoosie Patsauq nous offre une aventure trépidante, marquée de bout en bout par la violence et la mort, et nous plonge dans la réalité d’une communauté encore préservée de l’intrusion de la modernité.

Visitez notre seconde vitrine d’éditeur ICI

Suivez nos auteurs dans la programmation du SLO 2021!

Vendredi 26 février
14 h 45 :
Entretien avec le traducteur Benoît Laflamme – traducteur Éclipse électrique (Melissa Bull), présenté par l’UQO. Animation : Éric Charlebois.
En savoir plus…

Samedi 27 février
14 h 45 : Entretien d’honneur avec Louis Hamelin. Animation : Hugues Beaudoin-Dumouchel.
En savoir plus…

Dimanche 28 février
14 h 30 : Le «nature writing» avec Denis Lord et Louis Hamelin.
En savoir plus…

Suivez notre chaîne Youtube Le Boréal express