Réservez vite vos places!

Baldwin, Styron et moi

 

 

Où? Salle Jean-Despréz, Maison du citoyen

Quand? Vendredi 24 février 2023, 20h00

Combien? 25$ + taxes

Avec : Elkahna Talbi, Rodney St-Éloi, Jean-René Moisan

Musique : Charles Papasoff 

À la croisée des disciplines, la lecture-spectacle Baldwin, Styron et moi est fait de danse, de musique, de lecture et de théâtre, le tout dans une volonté de vivre la littérature autrement, le temps d’une soirée. Cette co-production du Festival International de la Littérature (FIL) 2021 et du Théâtre de Quat’Sous présentée par le Salon du livre de l’Outaouais s’inscrit dans la continuité d’un thème annuel du SLO axé sur la diversité et l’affranchissement des frontières.

Inspiré du livre éponyme de Mélikah Abdelmoumen, Baldwin, Styron et moi est une mise en spectacle d’une œuvre aux réflexions profondément actuelles. Le public y découvrira l’amitié qui a uni deux écrivains américains du vingtième siècle : James Baldwin, le petit-fils d’une esclave noire, célèbre pour sa défense de l’antiracisme, et William Styron, descendant pour sa part de propriétaires d’esclaves. 

Le livre où tout a commencé

Dans son livre paru chez Mémoire d’encrier, Mélikah Abdelmoumen explore l’amitié entre James Baldwin, écrivain noir, petit-fils d’une esclave, et son ami blanc, l’écrivain William Styron, petit-fils d’un propriétaire d’esclaves. Convaincu par son ami, Styron a décidé de raconter à la première personne le récit de la révolte d’esclaves menée par Nat Turner. 

Le récit de cette relation improbable traverse le temps depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui. Chacun des thèmes qui la tissent, de l’appropriation culturelle aux identités métissées, en passant par la liberté de création et d’expression, semble répondre aux enjeux d’aujourd’hui. Au-delà de la violence et du racisme racontés entre ses pages, Baldwin, Styron et moi clame avec fermeté la nécessité du dialogue.

Michelle Corbeil, directrice artistique et générale du Festival international de la littérature (FIL), Mélikah Abdelmoumen, autrice de Baldwin, styron et moi et la poétesse Marido Billequey ont discuté des possibilités du spectacle littéraire à l’émission Il restera toujours de la culture, à Radio-Canada.

Crédits du spectacle

Texte Mélikah Abdelmoumen (Mémoire d’encrier, février 2022)
Idée originale et soutien à la création Marie-Hélène Panisset
Mise en lecture Jonathan C. Vartabédian
Interprètes Elkahna Talbi et Rodney Saint-Éloi

Musicien Charles Papasoff
Idéation et conception Le collectif B&S

Elkahna Talbi
Interprète

Elkahna Talbi est comédienne et autrice. Son premier recueil de poésie Moi, figuier sous la neige est publié chez Mémoire d’encrier. On a pu la voir à la télévision dans Appelle-moi si tu meurs et dans la série jeunesse Les Mutants, ainsi que récemment au théâtre dans la pièce Les filles du Saint-Laurent, de Rébecca Déraspe, présentée au Théâtre national de la Colline à Paris et au Théâtre d’Aujourd’hui. Elle est aussi connue depuis plus de 10 ans comme Queen Ka, nom de scène pour ses créations et performances poétiques. On a pu entre autres l’entendre à l’émission Plus on est de fous, plus on lit pendant quatre ans pour les combats de mots.

Charles Papasoff
Musicien

Artiste aux multiples talents, Charles Papasoff est musicien, compositeur, arrangeur et acteur. Ses récentes réalisations incluent: sur disque, son projet Darkly Bright, Conversations with Shakespeare; comme compositeur à l’image, les musiques de Coming Home (documentaire de Marie-Hélène Panisset, 2021), et Apapacho, une caresse pour l’âme (long métrage de Marquise Lepage, 2019); comme arrangeur, il orchestre en 2018, une version symphonique des grands succès de Pink Floyd; et en tant que saxophoniste, il continue de participer à de nombreuses sessions d’enregistrements, dont récemment pour l’émergent Nicolas Sicard (2021).

Rodney St-Eloi
Interprète

Poète, écrivain, essayiste, éditeur, né à Cavaillon (Haïti), Rodney Saint-Éloi est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, dont Je suis la fille du baobab brûlé (2015, finaliste au Prix des Libraires et au Prix du Gouverneur général) et Jacques Roche, je t’écris cette lettre (2013, finaliste au Prix du Gouverneur général). Une anthologie de sa poésie est parue en France sous le titre Nous ne trahirons pas le poème et autres recueils (Éditions Points, 2021). Il a dirigé également plusieurs anthologies et a publié en 2010 aux Éditions Michel Lafon le livre Haïti Kenbe la !, préfacé par Yasmina Khadra. Pour la scène, il a réalisé plusieurs spectacles comme Les bruits du monde et les Cabarets Roumain, Senghor, Césaire, Frankétienne. Il est l’auteur de l’essai Passion Haïti (Septentrion, 2016). Il a obtenu en 2012 le prestigieux prix Charles-Biddle, puis a été reçu en 2015 à l’Académie des lettres du Québec. En 2019, il est devenu Compagnon de l’Ordre des Arts et des Lettres du Québec, et en 2021, il a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. Il dirige la maison d’édition Mémoire d’encrier qu’il a fondée en 2003 à Montréal. Paru en 2021, Les racistes n’ont jamais vu la mer, qu’il a coécrit Yara El-Ghadban, a été finaliste au Prix des libraires 2022.

Jean-René Moisan
Interprète
 
Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2006, Jean-René Moisan a cumulé plus d’une trentaine de rôles sur les planches de la ville de Québec et à Montréal, et a effectué plusieurs tournées à travers la province, ainsi qu’en Europe. On a pu le voir récemment sur les planches du théâtre de La Bordée en avril 2015, dans le rôle de Brick, dans la production La chatte sur un toit brûlant, rôle pour lequel il s’est vu décerner le prix de la critique de l’AQCT- Interprétation masculine.  Jean-René Moisan a été en nomination à deux reprises en début de carrière pour le prix Nicky-Roy, remis à un comédien prometteur de la relève. Il a également fait quelques apparitions à la télévision, notamment dans Hubert et Fanny, ainsi que dans la série Marche à l’ombre et Cheval Serpent.

Partenaires

Il serait impossible de diffuser ce spectacle sans le soutien généreux de la Ville de Gatineau et du Festival International de la Littérature (FIL). Un grand merci également à tous les partenaires de la Corporation du Salon du livre de l’Outaouais.