Fermer

Cinéma et littérature!

Si votre cœur est partagé entre la cinéphilie et la littérature, vous trouverez de quoi le combler avec la projection de La rivière sans repos, un film qui plonge ses racines dans un livre de Gabrielle Roy. Un vrai mardi-cinéma avec la Maison des arts littéraires ! Vous aurez l’occasion d’échanger avec la réalisatrice, Marie-Hélène Cousineau, directement après la projection. Elle pourra vous présenter son processus dans la réalisation de ce film lent, magistral de beauté des paysages, du vécu rythmé par un quotidien bousculé du peuple Inuit de l’Ungava, qu’elle a créé en collaboration avec Madeline Ivalu.  La librairie Bouquinart sera également présente pour vous aider à garnir vos étagères et tables de nuit avec des livres de Gabrielle Roy et d’auteur.trice.s actuel.le.s inuit.e.s. Un bon film, des discussions passionnantes et du maïs soufflé, une belle soirée en perspective !

Participer à la soirée Cinéma et Littérature (COMPLET)

Où : Centre d’exposition l’Imagier, Gatineau (secteur Aylmer)

Quand : 16 novembre 2021, 19h30

Combien : 10$*

*inclus dans l’abonnement de la Maison des arts littéraires

Le passeport vaccinal sera exigé pour participer à la soirée

 

La rivière sans repos

Dans les années 40, au nord du Québec, la colonisation se fait de plus en plus agressive. C’est dans un territoire qui cède doucement sa liberté qu’Elsa tente d’élever son fils en résistant aux pressions qui pèsent sur son mode de vie. Dans son film trilingue, français, anglais et inuktitut, Marie-Hélène Cousineau a voulu donner à l’héroïne de Gabrielle Roy une plus grande agentivité et une volonté de prendre le contrôle de son destin et de s’accomplir. La jeune Inuk, incarnée à l’écran par Malaya Qaunirq Chapman, navigue ainsi avec son fils au croisement de deux ères qui s’entrechoquent comme on glisse sur les remous d’une rivière sans repos.

À droite : Bande annonce du film La rivière sans repos (Restless River), réalisé par Marie-Hélène Cousineau en collaboration avec Madeline Ivalu.

La rivière sans repos : un film inspiré de Gabrielle Roy.

Produit en 2019, La rivière sans repos est un film inspiré du roman éponyme de Gabrielle Roy qui a été publié en 1970 et traduit en anglais la même année. L’autrice franco-manitobaine a posé des mots sur le conflit entre tradition et modernité qui déchirait de nombreuses communautés du Nord. En tissant une relation symbolique entre la trajectoire d’une jeune mère Inuk, Elsa, et le cours d’une rivière, elle a voulu saisir l’essence du drame culturel et identitaire qui s’est joué, et se joue toujours, dans les communautés autochtones du Canada.  

Vous êtes de ceux et celles qui lisent toujours le livre avant de voir le film ?

 

Résumé du livre

Dans la communauté des Inuits de l’Ungava, où se sont installés depuis peu les premiers Blancs, un drame culturel se joue. C’est celui de la confrontation entre les valeurs traditionnelles d’une civilisation millénaire et celles qu’apportent avec eux les émissaires de la science et du progrès venus du Sud. Ce drame donne lieu à des moments cocasses et à des déchirements. Ces derniers remettent en question la vie et l’identité du personnage en qui se rencontrent les deux mondes. C’est le cas d’Elsa, l’héroïne de La Rivière sans repos. Son enfant incarne à la fois le choc des deux civilisations et leur dialogue. C’est-à-dire l’équilibre si difficile à réaliser entre leurs exigences respectives.

(Source : éditions Boréal)

Couverture du livre qui a inspiré le film La rivière sans repos présenté le soir du 16 novembre 2021
La rivière sans repos (couverture)

Madeline Ivalu

Madeline Ivalu est bien connue au Nunavut en tant que conteuse, musicienne, actrice et écrivaine. Elle représente souvent les femmes inuites dans des événements internationaux, par l’entremise de différentes organisations culturelles comme Paukktutit et l’organisation pancanadienne des femmes inuites. Elle a co-réalisé Before Tomorrow ainsi que Uvanga, les deux premiers longs métrages d’Arnait, avec Marie-Hélène Cousineau. En 2015, elles ont reçu le Birks Diamond Tribute to Women in Film de l’année au Festival international du film de Toronto. Madeline vit à Igloolik, au Nunavut. (Source : Arnait Video Productions; prise sur le site Vitheque.com)

Crédit photo : Courtesy Isuma TV

Gabrielle Roy

Née le 22 mars 1909 à Saint-Boniface au Manitoba, Gabrielle Roy est la plus jeune d’une famille de huit enfants. Ses parents, Léon Roy et Mélina Landry, connaissent d’importants soucis financiers durant son enfance.

Allez voir sa fiche d’autrice sur le site des éditions Boréal.

Marie-Hélène Cousineau

Elle est vidéaste et cinéaste. Depuis 1991 elle a produit et réalisé une vingtaine de films  avec des femmes inuit, partenaires dans une maison de production «Arnait Video» dont les films se sont fait remarqués dans plusieurs festivals internationaux, galeries d’art et musées. Elle a travaillé principalement à Igloolik mais aussi à Pond Inlet, Iqaluit, Inukjuak et Puvirnituq.

Crédit photo : Anna Lupien, 2014

Cette activité est présentée avec Ciné-Jonction, dans le cadre de la programmation de la Maison des arts littéraires, automne 2021.

Inscrivez-vous à l’infolettre

Fermer

 

Projet d’édition pour les jeunes

Une expérience de rédaction, d’édition et de publication professionnelle pour les jeunes auteurs et autrices

Afin de soutenir et de développer la pratique d’activités culturelles liées à la lecture chez les jeunes, le Salon du livre de l’Outaouais, en collaboration avec les Éditions David, une maison d’édition reconnue et ancrée dans notre région, propose de rassembler les textes de quinze jeunes auteurs et autrices au cours d’une expérience d’édition formatrice.

Ce projet s’insère dans le cadre plus large de l’initiative Lis-moi Outaouais. Une première itération a eu lieu, au terme de laquelle le recueil Minuit moins une a été publié en février 2023. Lisez les impressions des jeunes auteurs et autrices ayant participé à cette première édition du projet d’édition pour la jeunesse juste ICI.

Résumé du projet

En plus du travail de direction éditorial assuré par Marc Pelletier, directeur littéraire aux éditions David, quatre auteur·trice·s chevronné·e·s seront parrains et marraines du projet. Ces quatre mentor·e·s offriront un accompagnement personnalisé en amont du travail éditorial. Au terme du travail d’accompagnement, un recueil de quinze textes sera remis aux Éditions David, qui effectueront le travail de direction littéraire et d’édition. En février 2025, le recueil sera publié et lancé lors du Salon du livre de l’Outaouais.

 

Les jeunes autrices et auteurs bénéficieront d’une bourse de 200$ en plus de la publication de leur œuvre dans le collectif (Une copie du livre leur sera aussi remise).

 

Présentation des auteurs et autrices qui ont été choisi·e·s

Pour toute question, veuillez écrire à jenniferanika@gmail.com.
 

Calendrier du projet

Du 7 septembre au 31 octobre 2023 Inscriptions
Décembre 2023 Choix des 15 jeunes auteurs et autrices qui participeront au projet et jumelage avec les mentor·e·s
Janvier 2024 Début de l’accompagnement
Février 2024 Présentation publique des candidat·e·s retenu.e.s et
de leurs mentor·e·s au SLO 2024
Mars 2024 Visite des bureaux des Éditions David et de l’imprimerie
Gauvin
Juillet 2024 Fin de l’accompagnement et début du travail d’édition
Janvier 2025 Parution de l’ouvrage collectif aux Éditions David
Février 2025 Lancement officiel du recueil au Salon du livre de l’Outaouais

 

Quatre mentores et mentors pour guider les jeunes auteurs et autrices vers la publication!

David Ménard

David Ménard est originaire de Green Valley, village de l’Est ontarien, et diplômé d’une maîtrise en lettres françaises de l’Université d’Ottawa. Il a publié deux romans et quatre recueils de poésie, dont Neuvaines (aux Édition l’Interligne), pour lequel il a remporté le Prix de poésie Trillium et le Prix de l’Associationdes écrivains francophones d’Amérique. Ce recueil a aussi été porté à la scène par le Théâtre du Trillium.

Crédit photo : Alzon

Annie-Claude Thériault

C’est à nous qu’Annie-Claude Thériault s’intéresse en écrivant : à notre fragilité d’être humain, à nos contradictions. À nous devant la mort, la solitude, l’injustice, mais en même temps à nous devant l’espoir, le désir, le réconfort de l’amitié. Récipiendaire de nombreux prix littéraires, tant pour ses nouvelles que ses romans (Les Foley, Les filles de l’Allemand, Quelque chose comme une odeur de printemps) ses écrits, en déposant des mots tendres sur un monde dur, témoignent du fait que la fiction sait parfois mieux dire la réalité. Annie-Claude est originaire de l’Outaouais et professeure de philosophie au collégial.

Crédit photo : Justine Latour

Mishka Lavigne

Mishka Lavigne (elle) est autrice, scénariste et traductrice littéraire. Ses textes ont été mis en scène au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Australie, à Haïti et au Mexique. Son texte Havre a remporté le Prix du Gouverneur Général en 2019. Copeaux a remporté ce même prix en 2021, ainsi que le Prix Jacques-Poirier. Son texte Murs s’est attiré des honneurs en France et sera porté à la scène en 2023. Son texte Albumen, produit par TACTICS en 2019 (Ottawa), est récipiendaire du QWF Playwriting Prize et on a récemment pu voir Shorelines (TACTICS) en 2023. Mishka signe près d’une vingtaine de traductions de théâtre, de prose et de poésie (vers le français et vers l’anglais).

Crédit photo : Marianne Duval

Éric Mathieu

Éric Mathieu est professeur de linguistique à l’Université d’Ottawa et écrivain. Il réside à Ottawa depuis 2004. Salué par la critique, Les suicidés d’Eau-Claire, son premier roman, a été
finaliste au prestigieux Prix littéraire Trillium en 2017 et s’est mérité le Prix littéraire Émergence de l’Association des auteures
et auteurs de l’Ontario français. Il a publié des nouvelles dans Icarus, Glitterwolf, Bref ! et Le Sabord.

Crédit photo : Florian Grandena

Découvrez les jeunes prodiges de la plume littéraire dans le cadre du projet jeunesse

Onze jeunes auteurs et autrices, étoiles montantes de la littérature, se préparent à captiver vos cœurs et esprits. Leur diversité créative et leur talent promettent une expérience littéraire inoubliable. Explorez leurs biographies pour en apprendre davantage sur ces talents.

Alesia Flueras

Alesia est une étudiante en sciences de la nature ayant comme objectif de poursuivre une carrière dans le domaine de la santé. Elle est une immigrante, au sang albanien et ukrainien, arrivée au Québec en 2008. Toute sa vie, elle a écrit, peu importe la langue, afin de donner une explication aux maux de la vie. Elle se permet d’écrire sur l’amour, la peine, la colère, le développement psychologique, le tout parsemé de termes scientifiques, ici et là.

Audrey Sigouin

Audrey Sigouin est une étudiante en Lettres françaises de l’Université d’Ottawa. Née à Gatineau et y vivant depuis toujours, elle se passionne depuis toute jeune pour tout ce qui a trait de près ou de loin aux arts, notamment ceux littéraires. Si sa passion pour la littérature est grande, celle pour l’écriture l’est encore plus, quoique le chemin soit parfois semé d’embûches. Elle ne peut donc qu’être enthousiasmée par ce projet qui, espérons-le, permettra à son écriture de connecter avec le plus de gens possible!

Émile Royer

Émile Royer étudie actuellement à la maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal, où il travaille sur un mémoire penché sur l’écrivain Émile Zola et le roman réaliste du dix-neuvième siècle. Il s’intéresse à la mouvance sociohistorique dans la fiction, soit à la manière dont la littérature parvient à envisager le social d’une époque. L’amour que porte Émile pour la forme brève s’est défini alors qu’il poursuivait son certificat en création littéraire à l’Université Laval. C’est au terme de ce programme qu’il a accompli sa première publication : une nouvelle sur l’alcoolisme ayant paru dans la revue Lieu Commun.

Eve Bilodeau

Eve Bilodeau est étudiante au doctorat en lettres françaises (profil recherche-création) à l’Université d’Ottawa. La thèse doctorale qu’elle développe en ce moment interroge la représentation des minorités sexuelles et de genre dans la littérature française et québécoise de 2000 à 2020. Parallèlement, Eve a publié un premier roman nommé Cryptique aux Éditions de l’Apothéose (édition accompagnée) en 2022. Sa nouvelle littéraire Aven se retrouve aussi dans le recueil collectif Nos cœurs allégés (2022) publié par les Éditions Tirage de Têtes en France.

Guit Labrie

Ondoyant, son parcours académique a connu des tournants constants. D’écoles en écoles, Guit a reçut ici et là des parcelles d’informations jusqu’à l’obtention de son graal, son diplôme. Entre les bourrasques, à sa plume elle se raccrochait, se déchaînait comme pour oublier les torrents extérieurs. Elle écrivit, pour elle, pour ses professeurs, pour ses amours… Tout passait sur papier. Et maintenant ? Tout a changé, sauf la plume aux effets palliatifs, qui toujours veille sur elle.

Isabelle Larivière

Isabelle a commencé le Cégep dans le programme arts, lettres et communications, profil littérature, en 2022. Ne sachant pas dans quel métier se diriger, elle a changé pour le programme de sciences humaines, profil individu et enjeux sociaux. En secondaire V, elle a participé à la Plume étudiante de l’Outaouais et son texte a été publié dans le journal Le Droit. Avec ce projet, elle a gagné le prix du journalisme 2022 pour son texte « La fin de la tempête » en représentant l’école secondaire Des Lacs. Elle a aussi participé au projet « On disc-on a à dire » où elle a publié trois textes qu’elle avait soumis pour la Plume étudiante de l’Outaouais dans le recueil Du plomb, de la tête au papier. Elle a aussi participé à plusieurs équipes sportives, autant dans le civil que dans le scolaire. Elle aime beaucoup le volley-ball, la lecture et évidemment, l’écriture.

Jason Vianda

Jason Vianda étudie en sciences humaines au Cégep de l’Outaouais. Il s’intéresse à tout ce qui touche la culture et les arts (romans, films, séries, jeux vidéo). Il apprécie beaucoup les romans policiers, surtout ceux d’Agatha Christie et il a une passion pour les mangas tels que Naruto, One Piece et Dragon Ball. Il complète actuellement son tout premier roman.

Mariella Azar

Depuis toute jeune, Mariella Azar a un faible pour les mots. Ces mots raffinés, distingués et délicats que l’on n’entend que dans les discours les plus sophistiqués… Ces expressions et figures de style à la Shakespeare, ou plutôt, devrait-on dire, à la Molière. Âme créative et artistique, Mariella a gagné plusieurs concours de dessin et ses écrits et illustrations ont été publiés dans des recueils des Éditions Saint-Alexandre. En février 2023, Mariella Azar a été invitée à offrir une séance de dédicaces en tant qu’auteure au kiosque de son école secondaire au Salon du livre de l’Outaouais.

Richelle Desrosiers

Depuis son plus jeune âge, Richelle chérit le rêve de devenir écrivaine. Amoureuse des mots, elle passe son adolescence plongée dans les livres et des mondes imaginaires. Également passionnée par la musique et le théâtre, elle entame des études en art dramatique à l’Université de Moncton afin de se développer en tant qu’artiste pluridisciplinaire. C’est à ce moment qu’elle découvre la dramathérapie, une voie professionnelle qui lui permet de marier son amour pour les arts et la psychologie. Elle revient dans son Québec natal afin de poursuivre des études en psychologie à l’Université d’Ottawa tout en écrivant son premier roman.

Véronick Duval

Véronick est étudiante en troisième année en éducation spécialisée. Grande passionnée de la nature, des voyages et des mots. Elle tente de répandre de la douceur dans tous les endroits qu’elle visite, soit en y étalant son humour (parfois pas drôle) ou en y balançant des phrases à l’allure philosophique qui amène son lot de réflexions. Véronick œuvre auprès de personnes vivants plusieurs défis au quotidien. Ce travail lui vient de l’ancienne noirceur qu’elle a dû affronter à son adolescence. Bien rétablie depuis plusieurs années maintenant, elle veut transmettre la passion qu’elle a de la vie à ces gens qui, eux aussi, doivent affronter toutes sortes de difficultés. Son objectif premier : changer le monde un mot à la fois.

Victoria Norton-Poulin

Victoria a étudié au programme international (IB). Elle est décrite comme enfant de l’art et de l’amour par ses grands-parents : elle dessine, écrit, lit et joue de la musique pour communiquer toutes ses idées et émotions. Elle a gagné à 15 ans l’émission Au Suivant 2023 Édition adolescent, et a fait partie des fFinales du Concours de Musique de la Capitale en 2023. Elle a réalisé un roman graphique d’une trentaine de pages pour l’évaluation de fin d’étude secondaire, et souhaite pousser son projet encore plus loin en ayant la chance d’en publier la version écrite.

Inscrivez-vous à l’infolettre

Fermer

 

Venez voir Jocelyne Saucier en entretien avec Jhade Montpetit, de ICI Ottawa Gatineau. Découvrez l’œuvre magistrale de celle qui nous a notamment offert, Il pleuvait des oiseaux (Éditions XYZ) dans cet entretien-spectacle : mises en lecture par des acteur.trice.s de la région, diffusion d’extraits cinématographiques, entretien exclusif et bien plus!

Quand? 21 octobre, à 19 h 30
Où? Carrefour culturel ESTacade, dans le secteur de Buckingham, partenaire de diffusion
Tarif? 20$* (Remis si les mesures sanitaires l’exigent.)

En présence de la librairie Coopsco Outaouais.

*compris dans l’abonnement annuel pour les abonné.e.s de la Maison des arts littéraires

 

Jocelyne Saucier

Jocelyne Saucier est romancière. Son domaine est l’imaginaire. Son premier roman, La vie comme une image, finaliste au Prix du Gouverneur général, raconte un meurtre invisible sur un ton intimiste. Les héritiers de la mine, finaliste au prix France-Québec Philippe-Rossillon, est un suspense psychologique. Jeanne sur les routes, finaliste au Prix du Gouverneur général et au prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec, est une histoire d’amour impossible sur fond de Babel communiste. Elle nous a également offert Il pleuvait des oiseaux et À train perdu. Tous ses livres sont parus aux éditions XYZ.

«J’ai l’habitude de commencer un roman avec un petit rien, une image, une impression, une image qui me laisse deviner qu’il y a un univers qui se cache derrière. Puis je plonge et j’adore ce vertige, ce moment où je tombe dans le vide en sachant qu’il y a un grand tout qui m’attend.»
– Jocelyne Saucier dans
Le Devoir

Jhade Montpetit

Jhade Montpetit est une petite boule d’énergie très attachante qui anime à la radio de Radio-Canada chaque samedi matin l’émission Les malins. De son propre aveu, Jhade aime profondément l’humain. Elle a d’ailleurs tissé des liens étroits avec son public qui connaît tout d’elle, notamment sa tribu familiale toute masculine, sa vie à la campagne et son grand amour des arts.

« C’est fort de mettre la vieillesse en lumière et en beauté comme ça.
Ça m’a touché en plein cœur.»
– Jhade Montpetit, à propos de Il pleuvait des oiseaux

Elaine Juteau

Elaine Juteau est une artiste interdisciplinaire hybride. Originaire de Montréal, elle s’est établie 9 ans au Saguenay où elle fait un baccalauréat interdisciplinaire en art, une maîtrise en art (théâtre) puis travaille comme artiste professionnelle avant de s’installer officiellement en Outaouais, où elle réside depuis 2016. Metteure en scène, comédienne, autrice, artiste en théâtre, en performance, en installation, en vidéo, etc. Elle sait jumeler, coller, travailler avec toutes formes d’art et c’est ce qui rend ses œuvres originales et uniques.

Carol Beaudry

Véritable touche-à-tout, Carol Beaudry s’est frayé tout un chemin au cours de sa carrière qui a débuté en 1993. Tour à tour comédien, maître de cérémonies, animateur radio, on l’a entendu lors des Jeux Olympiques de Vancouver alors qu’il était la voix francophone des cérémonies de remise de médailles. Il a aussi parcouru le Canada d’est en ouest avec des tournées de théâtre scolaire.

Il pleuvait des oiseaux adapté au cinéma!

Nous présenterons un extrait du film à l’occasion de la soirée-hommage à Jocelyne Saucier.

«Charlie, Tom et Boychuck vivent reclus dans le bois, loin des tribulations de la ville. Leur quotidien sera bouleversé par la mort du doyen et l’arrivée d’une vieille femme lumineuse, ayant été injustement interné toute sa vie. Une photographe à la recherche de témoins des grands feux ayant fait rage dans la région à une certaine époque, débarque également chez eux. Elle viendra bouleverser leur vie paisible en découvrant de magnifiques tableaux illustrant justement ces fameux incendies meurtriers. Leurs destins s’entrelaceront dans une ode poétique au temps et à l’amour.»

En collaboration avec le Carrefour culturel l’ESTacade

Situé dans le secteur de Buckingham, le Carrefour culturel ESTacade a pour but premier de doter les secteurs EST de la ville de Gatineau d’un équipement collectif de diffusion culturelle multifonctionnel.

Adresse : 580, rue MacLaren Est, Gatineau (Québec) J8L 2W1

 

 


Ce projet est réalisé grâce au soutien financier de la Ville de Gatineau et du gouvernement du Québec dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2018-2020. 

Les activités de la Maison des arts littéraires sont aussi possibles grâce au soutien des partenaires suivants :

SODEC; Patrimoine canadien et le Fonds du livre; Conseil des arts du Canada.

 

Fermer

(Re)tracer : contes vidéos contemporains

Du 10 au 19 septembre, de 19h30 à 23h, rendez-vous devant le restaurant Piz’za-za sur la rue Laval, dans le Vieux-Hull, pour visionner les 3 contes inédits.

En retraçant, on expose.
En retraçant, on raconte et on dépiste.
En retraçant, on dévoile les balises et les repères qui nous guident.
En retraçant, on se réapproprie nos histoires.
Parmi toutes ces traces, qu’est-ce qu’il reste? Qu’est-ce qui advient?

 

 

 

 

Marie-Eveline Belinga, (Re)tracer : contes vidéos contemporains, Maison des arts littéraires

Marie-Eveline Belinga

D’origine camerounaise et québécoise, Marie-Eveline Belinga a grandi au Sénégal. Elle est formée en philosophie (Université de Montréal) et s’intéresse dans ses recherches à la transmission orale et au patrimoine philosophique africain. En tant que femme noire francophone, membre de la communauté LGBTQ+, Marie-Eveline a choisi de valoriser ses identités en s’investissant dans un projet éducatif pour enfants. En 2017, elle fonde l’entreprise en animation parascolaire Penser et Grandir pour la vie. À travers les contes philosophiques africains pour enfants, elle initie les jeunes à la pensée critique, au vivre-ensemble et au dialogue. Elle travaille en étroite collaboration avec la Bibliothèque de Gatineau, les écoles et différents organismes communautaires de la région.

Mafane, Aurore Alessandra, (Re)tracer contes vidéos contemporains, Maison des arts littéraires

Mafane

Originaire de La Réunion et aujourd’hui installée au Québec, Mafane a d’abord trouvé dans le conte un remède pour soigner le mal du pays. Si elle s’inspire dans un premier temps du folklore de l’océan Indien, elle s’intéresse rapidement aux autres traditions orales avant de se mettre à écrire ses propres histoires. Issue d’une longue tradition d’immigrant.e.s venu.e.s de Maurice, de Madagascar, de Sicile, d’Algérie et de France, Mafane s’interroge : lorsqu’on quitte son pays pour ne plus y revenir, qu’est-ce qu’on amène de plus précieux? Elle présente le fruit de ses réflexions dans La ruée vers l’autre. Le texte du spectacle a été publié sous forme de livre-balado chez Planète Rebelle, en collaboration avec La Quadrature pour la création sonore. La série balado est disponible sur la plateforme OHdio de Radio-Canada et est finaliste au grand prix du livre audio de la Plume de paon.

Andrée Levesque Sioui

Andrée Levesque Sioui est Wendat de la communauté de Wendake près de Québec, sa ville natale. Auteure mélodiste interprète, poète et conteuse à ses heures, amoureuse du rythme de l’oralité de sa tradition et la joie de l’instantané. La voix devient, cet instrument de quête d’oralité enfouie, l’éveil d’une mémoire par le chant, la langue et les tambours. Elle a joué lors de nombreux événements spéciaux, célébrations et présentations poétiques telles que; Kiugwe, Jeux para-panaméricains 2015, WendaKébec, Bruits du monde, Kwahiatonhk, murmures et torrents de la grande tortue, Les 4 directions etc. Elle est l’interprète principale de trois albums: Yahndawa’ (2011), (meilleure réalisation d’album aux Native American Music Awards 2013 et meilleure musique du monde aux Eworld Music Award 2012); Fais dodo mon trésor (2012) et Ozalik (2013). Elle a chanté sur la chaîne APTN pour l’émission TAM. Engagée dans sa communauté, elle y enseigne la langue wendat auprès des adultes et des jeunes depuis 2010. Chant(s) est son premier recueil de poésie publié aux Éditions Hannenorak. et elle travaille à son premier album solo.

Maison des arts littéraires, (Re)tracer, contes vidéos contemporains


La conception sonore est de Samuelle Desjardins.

Samuelle est musicienne depuis sa plus tendre enfance et a étudié à l’École des métiers d’art de Québec. Passionnée par la composition libre, les textures sonores et l’improvisation, elle manie différents styles et instruments afin de s’adapter aux multiples mandats créatifs qui s’offrent à elle. Possédant une vaste expérience pour les arrangements musicaux et la transformation de la matière de tout genre, elle affectionne les projets où l’improvisation et la sensibilité permettent une adaptation du processus créatif. Elle aime briser ainsi les zones de confort et ouvrir toujours plus large le spectre de la création. Depuis les 20 dernières années, a collaboré avec d’innombrables artistes de la région de l’Outaouais et du Québec. Plus récemment, elle a collaboré avec le groupe Outside Im a Giant et à la conception sonore d’un spectacle thématique avec Marjolaine Beauchamp.


Les vidéos ont été réalisées par Lévy L Marquis.

Diplômé d’une maîtrise en communication de l’Université Laval en 2011 et vidéaste professionnel indépendant depuis maintenant une décennie, Lévy L Marquis manipule sa caméra pour réaliser des projets vidéos variés et éclectiques avec des partenaires du monde médiatique et artistique. À titre d’exemple, il a collaboré avec Télé-Québec/La Fabrique Culturelle, Radio-Canada, Bell, ainsi que de nombreux organismes culturels tels que le Centre National des Arts, le Salon du livre de l’Outaouais et Transistor Média, de même qu’un nombre incalculable d’artistes d’ici et d’ailleurs. Son site web LMarquis.com témoigne de quelques-unes de ces plus récentes réalisations corporatives et artistiques.

Le projet est rendu possible grâce au soutien du Conseil des arts du Canada.

Merci à nos partenaires de réalisation : Vision centre-ville, le Centre de production Daïmôn et le restaurant Piz’za-za.

Inscrivez-vous à l’infolettre

Fermer

Le blogue de l’équipe du Salon du livre de l’Outaouais

Article #1 : Des mots dans les oreilles!

Salut!

Moi c’est Clara. Je suis la chargée de direction artistique – programmation du Salon du livre de l’Outaouais et de sa Maison des arts littéraires. J’inaugure le blogue de l’équipe avec ce petit billet sur un sujet qui me passionne : les balados littéraires. Nous en réalisons un avec l’appui de Transistor Média depuis quelques années déjà : le Cabaret des variétés littéraires.

Le samedi 21 août prochain, vous pourrez d’ailleurs assister au Cabaret en vous rendant aux Jardins du Musée de l’Auberge Symmes à 19 h pour rencontrer et entendre Gabrielle Boulianne-Tremblay, Lionel Lehouillier, Daniel Groleau Landry et Marie Darsigny lire leurs textes et répondre aux questions de Julien Morissette, l’animateur. 

Le Cabaret, ça a toujours été, depuis ses débuts avec l’instigatrice Anne-Marie Trudel, ancienne directrice générale, une manière de faire connaître et de faire vivre la littérature autrement. C’est l’occasion d’entendre Simon Boulerice te dire des mots doux dans l’oreille ou d’apprécier la voix rugueuse de notre Marjo Beauchamp nationale. C’est aussi l’occasion parfaite pour goûter à l’œuvre d’un.e auteur.trice qu’on ne connaît pas encore nécessairement très bien.

Balado et littérature, ça fait vraiment bon ménage! La Corpo du SLO (Salon + Maison des arts littéraires) est loin d’être la seule de la chaîne du livre à s’être aventurée sur ce terrain. Bref survol (non-exhaustif) de la scène québécoise :

  • Fan de contes? Plongez dans l’univers de Mafane, conteuse originaire de La Réunion, qui a posé pied en Outaouais depuis déjà plusieurs années. Primé aux prestigieux Prix Numix, La ruée vers l’autre (Planète rebelle), est un voyage envoûtant sur les traces de ceux et celles qui se retrouvent obligé.e.s ou choisissent de s’implanter ailleurs que sur leurs terres d’origine. Le balado a été produit par Planète Rebelle et La Quadrature, et la conception sonore, signée Audiotopie et Magnéto, est magnifique!
  • Du côté des maisons d’édition, Québec Amérique propose Chez l’éditeur : Faut bien commencer quelque part qui lève le voile sur la collaboration entre un éditeur et un.e auteur.trice. Zoom sur l’épisode avec Justin Laramée (auteur du très hilarant Quatre Mélanie et demie) et Stéphane Dompierre, son éditeur. 
  • Il y a également l’auto-proclamé éditeur d’étonnant, Alto, qui produit (aparté) une série de rencontres autour des métiers du livre qui donne lieu à des échanges franchement fascinants. Tout y passe : la traduction littéraire, le travail de révision des textes, le travail d’édition poétique, etc.
  • Plus près de chez nous, l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais a proposé durant quelques étés, la série d’entretiens croisés enregistrée devant public, Tesselles. Retrouvez-y notamment notre directrice générale, Mélanie Rivet, en discussion avec le poète Guy Jean
  • Envie de quelque chose de plus court? Tous les poèmes de Poésie Go!, un projet du Festival de poésie de Montréal, réalisé par Magnéto, sont irrésistibles tant sur le plan du texte que sur celui de la conception sonore, qui crée efficacement des ambiances uniques. Je note en particulier les textes des poètes de l’Outaouais Guy Jean (lu par Catherine de Léan), Baron Marc-André Lévesque (lu par Anne-Marie Cadieux) et Marjolaine Beauchamp (lu par Catherine Chabot).
  • Dans tout ce florilège de suggestions des divers acteurs de la chaîne du livre, les librairies ne sont pas en reste. Last Night la littérature Saved My Life, par Marion Fugère, a été réalisé pour la Coopérative L’Euguélionne et s’intéresse à la question suivante : «Comment un écrit peut-il radicalement transformer un.e lecteur.trice en lui révélant son appartenance à une minorité?» Mon épisode préféré? Celui avec Valérie Lefebvre-Faucher qui présente le texte Unless de la poète Hélène Monette. Lefebvre-Faucher a toujours le mot juste pour exprimer les réalités politiques contemporaines. Et les gens qui me connaissent savent que le choix du mot juste, la meilleure manière d’exprimer quelque chose pour faire entendre toutes les nuances, c’est une véritable obsession en tous contextes!
  • Pour quelque chose d’un peu plus cérébral, je vous recommande les Rencontres d’écrivains et d’écrivaines du CRILCQ, centre de recherche avec lequel nous collaborons depuis quatre ans pour présenter la Table ronde des finalistes du Prix des collégiens en Outaouais durant le Salon. Leur série de balados est organisée autour des lignes de forces suivantes : littératures de combat, la bande dessinée québécoise, la littérature du Nord et des Premières Nations et la face cachée du théâtre.
  • Et enfin, mais non le moindre, il y a l’incontournable La vie secrète des libraires, une production de La Fabrique culturelle en collaboration avec Les libraires. La voix de James Hyndman, c’est une raison en soi pour se mettre ce balado dans les oreilles! Quelle voix! Mais le format de l’enquête, les discussions décomplexées menées avec brio et le choix judicieux des livres interrogés valent aussi le détour. D’ailleurs, un épisode entier a été consacré à Trente de Marie Darsigny, autrice qui sera de notre Cabaret du 21 août.
Clara Lagacé, chargée de direction artistique et programmation du Salon du livre de l'Outaouais en enregistrement pour son balado
Moi qui enregistre les sons de la Grève du Havre, à Trois-Pistoles.

 

#autopromotionsanshonte : Je réalise aussi mes propres balados. C’est en partie pourquoi je m’intéresse autant à ce qui se fait dans ce domaine (je continuerai mon tour d’horizon à l’occasion d’un prochain billet, il en reste tant d’autres à mentionner!). 

La douceur n’est jamais loin est mon balado le plus littéraire, une œuvre audio qui présente mes poèmes, mais aussi des discussions avec les poétesses Natalie Fontalvo, Émilie Turmel et Tania Langlais (qui a d’ailleurs été invitée d’honneur au SLO 2021). Co-réalisé avec l’autrice et comédienne Maureen Roberge, ma grande amie, notre balado a été présenté pour la première fois dans le cadre du Mois de la poésie de Québec en mars 2021 et est disponible pour écoute pour encore un an sur la plateforme Opuscules. Vous me direz ce que vous en pensez? 

Et surtout, est-ce qu’on se voit le 21 août pour un Cabaret des variétés littéraires spécial Fierté? J’ai si hâte!

Clara   xo

Inscrivez-vous à l’infolettre

Fermer

Cabaret des variétés littéraires de la fierté

Entretiens croisés et lectures de 4 auteur.trice.s de la communauté LGBTQ2S+, accompagnement musical par Tenaga et réalisation par Transistor Média. Le tout sera enregistré en balado, en direct, devant public! Apportez votre chaise, votre couverture, vos ami.e.s et votre bonne humeur. Découvertes et plaisir littéraire garanti! 

 

Où? À l’extérieur, dans les Jardins du Musée de l’Auberge Symmes, dans le secteur d’Aylmer, à Gatineau.

Quand? le samedi 21 août, à 19 h (remis au lendemain en cas de pluie).

En présence de la librairie Michabou. Il sera possible de participer à des séances de dédicaces et de discuter en mode décontracté avec les auteur.trice.s participant.e.s!

Présenté par la Maison des arts littéraires, dans le cadre de ses activités de la saison 2021.

 

 
  

Gabrielle Boulianne-Tremblay

Gabrielle Boulianne-Tremblay est écrivaine et comédienne. Militante pour les droits des personnes trans, elle est reconnue pour son rôle dans le film Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau, elle obtient une nomination aux prix Écrans canadiens comme meilleure actrice de soutien: une première pour une femme trans au Canada. En 2018 est paru son recueil de poésie Les Secrets de l’origami chez Del Busso Éditeur. La fille d’elle-même est son premier roman (Marchand de feuilles).

Marie Darsigny

Marie Darsigny est une poète montréalaise. Elle détient un baccalauréat en création littéraire de l’université Concordia, ainsi qu’une maîtrise en études littéraires avec une concentration en études féministes de l’UQAM. Elle est coéditrice de la plateforme littéraire féministe Filles Missiles, qui met de l’avant l’écriture des femmes. Elle est l’auteure de A Little Death Around the Heart (Metatron, 2014), Filles (Écrou, 2017) et Trente (Remue-Ménage, automne 2018). Elle s’intéresse à la poésie contemporaine montréalaise, québécoise, canadienne et américaine, plus particulièrement aux œuvres des femmes et des minorités. En tant que poète, Marie Darsigny écrit dans une langue d’action, directe, frondeuse, fonceuse ; bref, elle écrit la peur au poing et l’espoir au ventre.

Daniel Groleau Landry

Daniel Groleau Landry est un artiste multidisciplinaire et fier franco-canadien qui œuvre avec passion en littérature et en musique depuis presque dix ans. Originaire de Sudbury, le vent du Nord coule dans son sang. Il écrit et publie son premier recueil de poésie chez Les Éditions L’Interligne, Rêver au réel, qui voit le jour en 2012 alors qu’il n’a que 22 ans. Après une brève année à Toronto pour découvrir la vie dans la métropole avec un amoureux, il s’installe pour de bon à Ottawa et commence l’écriture de son deuxième livre, Amorragies, tout en continuant de jouer sa guitare dans des bars, des cafés et des salles locales avec son groupe de rock-poésie expérimentale bilingue HellHeart. Daniel Groleau Landry lancera son troisième recueil, Fragments de ciels, à l’hiver 2018, un premier EP francophone, Chants Lunaires, au printemps 2018 ainsi que son premier EP anglophone, Restart the Machine, à l’automne 2018.

Lionel Lehouillier

Artiste trans* non binaire. Marionnettiste, acteur, auteur et metteur en scène. Il se spécialise en marionnettes et théâtre d’objets. Il parle également LSQ (Langue des signes québécoise) et s’intéresse à la culture et au théâtre sourd. La neurodiversité, la justice sociale, la culture et communauté queer, l’identité de genre et la diversité corporelle sont parmi les sujets qui le passionnent présentement sur le plan professionnel. Il co-signe le texte de théâtre Laitue Matinale avec Dillon Orr et est le directeur artistique du Théâtre Tremplin.

Écoutez tous les épisodes du Cabaret des variétés littéraires

Pas envie d’attendre jusqu’en août pour vivre l’expérience du Cabaret des variétés littéraires? Nous avons la solution pour vous! Replongez dans les éditions précédentes sur Apple Podcasts, Spotify, Soundcloud ou même sur notre chaîne Youtube. Une panoplie de découvertes littéraires vous y attendent!

En collaboration avec Transistor Média

La série de balado le Cabaret des variétés littéraires est produite en collaboration avec Transistor Média qui en assure l’animation et la réalisation depuis les débuts. Encore une fois, ce sera le directeur artistique Julien Morissette qui sera à la barre de l’animation de l’édition présentée dans le cadre de la semaine de la fierté gaie aux Jardins du Musée de l’Auberge Symmes le samedi 21 août, à 19 h.


Retrouvez le Cabaret des variétés littéraires de la fierté dans le nouveau calendrier culturel de l’Outaouais Tout culture.

 
 
 
Ce projet est réalisé grâce au soutien financier de la Ville de Gatineau et du gouvernement du Québec dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2018-2020.
 
 
Pour réécouter la discussion, c’est ici ci-bas!

Inscrivez-vous à l’infolettre

Fermer

La 42e édition du Salon du livre de l’Outaouais sur Youtube

La programmation générale du SLO 2021 est diffusée sur notre nouvelle chaîne YouTube. Allez y jeter un oeil, tendre l’oreille!

Ci-dessous nous vous proposons un aperçu de quelques moments forts, mais il y en a tant d’autres à découvrir.

Fermer