Chat with us, powered by LiveChat

Johanne Seymour

Invitée d’honneur

Johanne Seymour a été comédienne, scénariste, metteure en scène et réalisatrice avant de s’attaquer à l’écriture romanesque. Le Cri du cerf, son premier roman, est publié en 2005 et Kate McDougall, sa détective fétiche, a conquis aussitôt les lecteur.trice.s. Eaux fortes, paru en 2012 chez Libre Expression, est le cinquième et dernier volet des enquêtes McDougall. Les romans de cette série ont été, tour à tour, finalistes au Prix de la relève Archambault, au Grand Prix Archambault, au prix Saint-Pacôme ainsi qu’au Arthur Ellis Award. En 2016, elle publie Rinzen et l’homme perdu, mettant en scène une enquêtrice bouddhiste monoparentale d’origine tibétaine et son collègue Luc Paradis, un athée insomniaque. Rinzen, la beauté intérieure, le deuxième opus de la série Gyatso est sorti à l’automne 2018. Johanne Seymour travaille présentement sur Danse-moi, une adaptation télévisuelle inspirée des personnages de la série Rinzen Gyatso.

Bibliographie

Résumé

Rinzen, la beauté intérieure

Les sergents Rinzen Gyatso et Luc Paradis sont projetés dans une affaire aux ramifications troublantes lorsqu’on découvre le corps d’une Mexicaine dont le torse a été brûlé à la cigarette pour former les mots : la chica fea. La fille laide… À cette enquête déjà bouleversante s’ajoute l’inquiétude de Rinzen au sujet de son supérieur, le lieutenant Desautels. Le musée d’horreur qui loge en permanence dans sa tête semble le pousser vers l’irréparable. C’est du moins ce que craint sa femme, qui, en lisant le récit de sa première enquête, découvre le secret qui a rongé sa vie à petit feu.
Avec Rinzen la beauté intérieure, l’auteure s’intéresse à la perception que nous avons du monde qui nous entoure à travers notre conception relative de la beauté.

Source: Éditions Libre Expression

Haut de page