Éric Mathieu

Invité d’honneur

Représentant de l’Ontario français

 

Éric Mathieu est professeur titulaire au département de linguistique à l’Université d’Ottawa et écrivain. Il réside à Ottawa depuis 2004. Salué par la critique, Les suicidés d’Eau-Claire, son premier roman, paru à la maison d’édition La Mèche, a été finaliste au prestigieux Prix littéraire Trillium en 2017 et s’est mérité le Prix littéraire émergence de l’Association des auteur.es de l’Ontario français, dont l’auteur est également membre. Son premier roman faisait également partie de la présélection au Festival du Premier Roman de Chambéry 2017. Son deuxième roman, Le Goupil, a été finaliste au Prix Erckmann-Chatrian. Éric Mathieu a publié des nouvelles dans les revues Icarus, Glitterwolf, Bref ! et Le Sabord.

Prix et distinctions

Bibliographie

Le Goupil, La Mèche, 2018.
Les suicidés d’Eau-Claire, La Mèche, 2016.

Résumés

Le Goupil

Émile Claudel n’est manifestement pas un enfant ordinaire. Quelques mois après sa naissance, qui coïncide avec la libération de la France en 1945, il parle sans cesse et en plusieurs langues. Son apparence physique rebute tout le monde, à commencer par sa mère. Le Goupil, tel qu’on l’a surnommé, amorce les premières années de sa vie préoccupé par de graves questions : Pourquoi ne suis-je nulle part à ma place ? Pourquoi le monde est-il si inhospitalier ? Et surtout, une question le taraude : Mon père est-il vraiment mon père ? Centre d’éducation surveillée, fugues, apprentissage de la sexualité, rencontres risquées… On suivra Émile à travers ses années d’apprentissage parfois douloureuses. Dans ces pages fougueuses, on assiste également à la transformation de la France, qui passe du conservatisme au yéyé. Un deuxième roman d’une grande maîtrise, à l’ambiance onirique, qui offre aux lecteurs des péripéties inoubliables.

Les suicidés d’Eau-Claire

Le 22 décembre 1992, Alain Walter, notaire à Metz, donne l’alerte : sa cousine Camille Corbin lui annonce par courrier recommandé son suicide ainsi que ceux de son mari Jean-Renaud et de leur fille Sybille. À la suite d’un long séjour à l’étranger, la mystérieuse famille Corbin, de retour à Eau-Claire, est confrontée à sa propre aliénation et sombre peu à peu dans la déchéance. Face à un monde terne et réfractaire, les Corbin plongent dans le malheur, au bout duquel ils retrouveront peut-être la grâce…

Source : La Mèche.

Haut de la page